Ecrivez-moi / Write to me
Diaporama / Slide Show
Thumbnails "USA" / Vignettes "USA"
Chercher
USA's, Lac Powell, Glen Canyon, Page
United States, Powell Lake, Glen Canyon, Page
Nouvelles photos du site
New website photos
<= Homepage "main site"
<= Page d'accueil du site
<= Homepage "USA"
<= Accueil "USA's"
 Le barrage et le pont se trouvent eux-mêmes en Arizona alors que le lac est en Utah (à quelques milliers de litres d’eau près !) C’est toujours le Colorado qui coule ici et qu’on retrouve 65 miles en aval dans le Grand Canyon.  Le lac fait plus 280 kilomètres de long.
 Le lac avec ses 400.000 hectares de désert et de canyons offrent des activités très prisées comme la pêche et les sports nautiques. On peut aussi faire des randonnées pédestres. Que ce soit en bateau ou à pieds, ont ne peut qu’admirer les forces géologiques qui ont façonné cette topographie qui apparaît maintenant sous forme de talus, collines, mesas, canyons et falaises.
 
 Ce qui me surprendra ce sont aussi toutes ces teintes si différentes allant parfois jusqu'à un rouge soutenu. Puis soudain, les couleurs seront pâles, presque "fades" (c'est un peu ce que montre la première photo.)
 Toujours est-il que le lac est devenu une base de loisir très prisée, mais attention, les prix ne sont pas vraiment abordables....
 
LA CONSTRUCTION DU BARRAGE
 
Le barrage retient plusieurs millions de mètres cube d'eau. C'est en 1956 que le projet fut approuvé.  La première tranche des travaux doit commencer par la construction d'un pont qui enjambera le Glen Canyon afin de permettre l'approvisionnement du matériel d'un côté et de l'autre du canyon. Les travaux de construction du pont sont déjà considérables car il doit être suspendu dans le vide à une hauteur qui dépasse les 240 mètres. Les travaux de construction du barrage débutent en 1960 et durent jours et nuits jusqu'en 1963.
 Pour permettre l'écoulement du Colorado pendant les travaux, un tunnel de déviation est taillé dans la roche. Ce dernier est fermé le 13 Mars 1963 donnant ainsi au Colorado le loisir d'engloutir des centaines de kilomètres de canyons et de ravines.
 Ce n'est que 17 ans plus tard, en 1980, que le lac atteint son niveau final et en 1966 que les turbines génératrices commencent à fournir de l'électricité. Son nom, lac Powell, lui a été donné en mémoire au sergent Powell qui fut le premier à descendre le Colorado en radeau en quête de nouveaux territoires .
 Coincé entre les deux parois de grés du Glen Canyon, le barrage peut se visiter grâce à des ascenseurs qui partent du Visitor's Center. Les premiers ascenseurs mènent au sommet du barrage. On domine alors le Colorado d'une hauteur vertigineuse de 216 mètres.
 
Le Visitor's Center propose aussi un historique en image du projet, de la conception et enfin de la construction du barrage.
 
UNE QUESTION DE SURVIE
 
Le lac est une unité clé d'emmagasinage d'eau dans un projet de grande envergure. Le flux annuel du Colorado est hautement irrégulier selon les saisons et les années.
 
Le but du barrage est de contrôler ce flux afin de faire face au besoin d'eau en aval tout au long de l'année. Les conséquences sont capitales car beaucoup de régions autour du Colorado sont irriguées grâce à ses eaux.
 
La culture, l'élevage et le développement économique de ces régions et Etats en dépendent. Les résidences secondaires, les ranchs, les villes telles que Havasu Lake city et d'autres encore ne vivent que grâce à ces barrages.
 
Aujourd'hui, la réserve d'eau qu'est le lac Powell permet en outre une culture adéquate et indépendante des caprices du temps.
 La première chose qui frappe quand on arrive, c'est tout bêtement de se retrouver en face de cette quantité d'eau alors qu'on est au milieu de nulle part dans un des déserts les plus arides de l'Ouest. Et surtout, on est un peu dérouté d'imaginer qu'à la place, on aurait des canyons profonds et infranchissables.
Cette photo est prise de l'Etat de l'Utah.
History Lake Powell more complete (Eng)
 Comme je l'ai dit précédemment, le meilleur moyen de "vivre" le lac, c'est de louer un bateau. Nous aurons avec des amis l'occasion de le faire à ma troisième visite.... et à la quatrième, mais ce sera nettement moins agréable (voir plus loin les photos en question.)
 
Dans tous les cas, ce sera une expérience pour les yeux absolument extraordinaire.
 La navigation est assez facile, mais il faut faire très attention aux bouées qui signalent un pic rocheux qui affleure l'eau. D'autant plus que la hauteur de l'eau du lac varie.
LES EXPEDITIONS
 

 C'est en 1776 que   deux prêtres espagnols s'engagèrent dans une expédition dont les récits sont les premiers documents écrits de Glen Canyon. Les pères Escalante et Dominguez se mirent en route avec leur équipe en juillet pour innover une voie de terre de Santa Fe jusqu'à une garnison militaire sur la côte californienne.
 
 Après trois mois, ayant passé le pays des canyons, l'équipe arriva au Grand Bassin d'Utah où elle décida de faire demi-tour avant l'approche de l'hiver. Le 26 octobre, l'expédition atteignit le fleuve Colorado à l'embouchure du fleuve Paria. La traversée à cet endroit résultant presque en désastre, les explorateurs grimpèrent du fond du canyon et établirent un camp prés de l'actuelle marina de Page.
 
 Ils passèrent quatre jours de plus à chercher un endroit qui leur permettrait de traverser le fleuve. Finalement, le 7 Novembre, ils coupèrent des marches dans un mur de grés à Padre Creek et amenèrent ainsi leur approvisionnement sur les rives du Colorado. Là, la traversée était large mais peu profonde. Le Padre Creek est aujourd'hui sous les eaux du lac.
 
 Un autre voyage d'exploration débuta presque 100 ans plus tard. Le commandant John Wesley Powell, un ancien combattant manchot de la Guerre Civile, se mit à la recherche du potentiel de défrichement des terres de l'Ouest.
 
 En mai 1869, Powell, accompagné de neuf hommes, partit de Grenn River dans l'état de Wyoming, et longea le légendaire fleuve Colorado. Le 28 Juillet ils joignirent Glen Canyon dont ils trouvèrent les eaux très calmes comparées aux rapides du Canyon Cataract. Leur voyage se pousuivit par la suite à travers le Grand Canyon jusqu'à l'embouchure du fleuve Virgin dans le Névada.
 
 Des constructeurs de chemin de fer explorèrent le fleuve Colorado sur toute sa longueur en vue d'établir une ligne partant de Grand junction, Colorado, jusqu'au Golfe de Californie. Ils conclurent que la voie ferrée était faisable et que les trains pouvaient être pourvus en électricité par le flot du fleuve, mais leurs banquiers refusèrent l'entreprise. Des colons arrivèrent peu après accompagnés d'indispensables passeurs.  
 Nous nous enfonçons dans ce canyon à pied pour rejoindre le Rainbow Bridge.... 87 mètres de hauteur....
 
C'est l'arche naturelle la plus haute du monde. Le Rainbow Bridge est considéré par les Navajos comme un endroit sacré. Ceux-ci considèrent que les arcs en ciel personnifiés (rainbow = arc en ciel en français) sont les gardiens de l'Univers. Autrefois un endroit isolé, il se retrouve aujourd'hui facile d'accès par bateau.
 Il n'est vraiment pas facile de naviguer dans un endroit si vaste. Tout se ressemble, et les bouées de repérage dont difficiles à trouver car il y a beaucoup de réverbération. Toutefois nous arriverons à bon port, avec une manoeuvre parfaite d'ammarage.
 
La deuxième fois, ce sera en hiver. Mais ce n'est pas l'hiver qui va nous handicaper, mais la pluie, et une pluie glaciale! Bon, d'accord, au mois de Février, on ne s'attendait pas non plus à 40°C...
 Le dicton dit "après le pluie, le beau temps"... et bien nous sommes plutôt sous un nouveau dicton: "après la pluie, la neige"
 Le leitmotiv de la journée sera "aglagla"... Une discussion vraiment intéressante... Et tout le monde sera à son appareil photo avec le zoom pour repérer les bouées. Bref, nous nous perdus, et ne sommes jamais arrivés au Rainbow Bridge en plus...
 La photo qui résume tout: personne à l'arrière (on est quatre à se coller devant), la pluie, la brume, et la capote qui doit protéger du soleil qui goutte, et qui goutte dans le bateau...
 
 Un régal, cette balade, mais après coup!
 Toujours de bonnes idées ce bon Eric!!! Ben oui, une bonne lessive dans une laundry service... alors que le soleil revient. Quel coup de sort! Trouver autant d'eau pour finir par faire une lessive... C'était à ma première visite de la région.
 Le barrage de Glen Canyon n’est pas le plus spectaculaire, ni le plus beau, à choisir il est préférable de passer voir le Hoover Dam pas loin de Las Vegas.
 
 Ce qui rend ce barrage extraordinaire, c’est qu’il a donné naissance à un lac gigantesque, tentaculaire dans le premier sens du terme : il y a des recoins et des canyons partout qui ne demandent qu’à être visités. Il y figure notamment le célèbre Rainbow bridge, une arche naturelle de 87 mètres de hauteur.
 
 Une seule condition pour profiter de ces beautés : du temps, mais surtout un budget pour louer un bateau et un peu de connaissances en navigation.  
 
Pas de routes ni de pistes pour accéder à ces somptueux paysages.....
Xav' (Xavier Chantegrel)
 
*****
****
***
**
*